***Mobile Factory is back***

***Mobile Factory is back***


Two yeard ago, Drone and Acidupdub gathered at the squat l’Estakrew, in Marseille, to work on a fusion of their respective musical universes.
A chimera was born, bearing the name of Mobile Factory and creating six rare pearls collected on the Dune HS 3113 and Acid Night 23.
Time went by… and someone decided to wake the beast up.
The duo, upgraded by more and more analogic pieces,  will perform at Tapage Nocturne, Marseille, Fevruary 25th.
A mutation to monitor carefully!
> DOWNLOAD the full liveset here <


Il y a deux ans, Drone et Acidupdub s’étaient rejoints au squat de l’Estakrew à Marseille pour travailler ensemble sur une collaboration fusionnelle de leurs univers musicaux.
La chimère répondant à l’étrange nom de Mobile Factory était née, semant sur son passage six merveilleuses perles collectées un an plus tard sur les Dune HS3113 et Acid Night 23.
Et puis le temps est passé : la bougeotte de Drone, l’éloignement des deux compères ; le monstre se mit à sommeiller, tel une princesse au Bois Dormant attendant … vous savez qui, non? Le Prince Charmant bien sûr!
Hélas, celui-ci, à l’instar du Père Noël, n’existe pas me direz vous.
Et bien figurez vous que le monstre du Bois Dormant s’est tout simplement fait pousser du lit par les organisateurs de la soirée Tapage Nocturne qui a eu lieu au Dock Des Suds à Marseille le 25 Février 2017.
On ne la lui fait pas!!! Encore comateuse, le filet de bave a peine essuyé, la voilà repartie pour une nouvelle session de préparation et d’enregistrements dans le studio Dune Records.
Attention, la bête n’est pas pour autant complétement has-been et cette longue pause lui a juste permis d’upgrader son processeur analogique de deux à quatre cœur :
Acidupdub, AUD Disco Project, Drone et 909 Resistance réunis en un seul live téléchargeable gratuitement dans notre section Médias.
Mutation à surveiller donc … et à écouter bien sûr!


Petit souvenir en images : été 2015 dans la Galline
(source : caméra de vidéosurveillance, Marseille XVIème)

***Interview de Mr. Gasmask***

***Interview de Mr. Gasmask***

English version > https://dune-records.com/interview-mr-gasmask-en/


Un vendredi soir, lors d’un vague hiver, on s’invite dans l’expédition pour aller chercher le “mysterious” Mr Gasmask à la gare de Bordeaux. C’est le headliner de la soirée Do It Acid au BT 59 (Bègles), organisée par We are Rave.
Figure phare de l’acid tekno NL, ce passionné de la bassline qui nous arrive tout droit de Gand, en Belgique flamande, sera largement acclamé par un public enthousiaste – voire plus …. ! – assez jeune : cette nouvelle génération qui découvre la techno et l’underground par le biais des clubs, acteur actifs et bienvenus dans le revival de styles musicaux jusqu’alors limités – pour la France – aux free-parties.
Si ses productions sont largement diffusées sur internet, son nom devenu familier, la personnalité et l’origine de l’artiste demeurent une énigme pour la plupart. On s’improvise reporters et les questions préparées se faufilent en douceur dans une discussion de backstage plaisante entre Mr Gasmask et Drone, également invité à jouer à la soirée.

—Interview—

Dune records : Raconte-nous un peu comment et quand tu as commencé la musique.

Mr Gasmask : J’ai commencé il y a une vingtaine d’années, dans les années quatre-vingt-dix.
Mais je ne suis pas musicien à la base, je n’sais même pas lire une partition!
Au début j’ai essayé un peu de “bruits” (harsh techno), des trucs comme ça…
Je vais te raconter : je devais avoir 19 ans, je venais de me séparer avec ma copine. J’étais alors super déprimé et je me suis dit “Oh fuck it, je vais acheter un synthétiseur!”.
En fait c’est la misère qui m’a emmené à la musique : j’avais besoin de sortir mes émotions.
C’est un vrai problème, parce que maintenant, je suis trop heureux!
Et du coup c’est pas facile, on peut pas se forcer avec la musique.
Je n’ai plus la même force et les mêmes sources d’inspiration, il faut peut-être que je trouve un drame ou quelque-chose comme ça…!

D.R : Comment est-ce que tu t’organises entre vie privée, travail et création musicale?

Mr G. : C’est vraiment difficile… j’ai 36 euh, 37 ans et ça devient de plus en plus difficile.
Je travaille pour la mairie de Gand, je suis team-leader d’une vingtaine de personnes qui font tourner une sorte de call-center au service des citoyens de la ville. C’est beaucoup de mails, des coups de téléphone…

D.R : Justement, quelle place a la musique dans ta vie, dans cette vie?

Mr G. : Ah… c’est une grande question!
Avant je faisais de la musique en opposition à ma vie normale, pour réagir contre ma vie dans le système, des choses que je détestais. C’était très agressif, j’avais besoin de ça pour me libérer de toutes ces pressions.
Maintenant c’est plus pour me reposer. Parce que je suis devenu plus calme et … plus en paix avec moi-même.
Et c’est agréable.
Deux fois par semaine, quand je rentre chez moi, je vais dans le studio. Et c’est bien comme ça.
A part ça je vais tout le temps rendre visite à des amis ; je cuisine… j’adore faire la cuisine!

D.R : On t’a découvert alors qu’on était en tournée (Drone et Acidupdub) en Belgique et Hollande en 2011 – c’est Win qui nous avait parlé de toi – et ça a abouti à un disque [Dune 05] qui est sorti 2 ans après. Comment te positionnais-tu dans ta carrière musicale à ce moment-là?

Mr G. : A cette époque je produisais beaucoup. Sur mon label Binary Bassline et d’autres… C’était aussi l’époque Narcosis qui organisait les soirées XLive (soirées 100%Live, 100% Acid). C’était une période très active pour moi musicalement. Je jouais partout en Belgique et je commençais à avoir des dates dans toute l’Europe : la Croatie, Prague, la Pologne…

D.R : On voudrait savoir ce que tu réserves au Mr Gasmask V.2017… une évolution, de nouveaux projets?

Mr G. : Oui, en fait j’aimerais bien mélanger des styles musicaux différents dans mes compositions. Avec toujours l’Acid! Mais changer un peu, mélanger… on va voir.
J’ai envie d’explorer davantage le potentiel de la TB-303 aussi, me servir de la bassline mais différemment, la transformer, la faire évoluer,…


Une nouvelle recrue dans la team

Une nouvelle recrue dans la team


Oh chic, un p’tit nouveau!

Ne nous affolons pas! (celà dit, cet élan spontané d’enthousiasme ne sera pas déçu)
Outre les artistes “invités” qui apparaissent régulièrement sur les productions du label, on notera la présence d’un nouveau nom : 909 Resistance,  qui vient grossir les rangs de la team Dune records.
Point de frais et inédit minois pour autant :
Le Dune number Ten [Dune 10] aura été l’occasion pour Drone de sortir sous ce pseudonyme.
La consonance ne trompe pas, les influences ne sont pas trahies et on retrouvera dans ses sons ce quelque-chose de bien particulier, un univers salement propre qu’il partage bien au delà des styles.
Il est à l’honneur sur un hors-série [Dune HS 3003] qui sort fin Janvier 2017.